mardi 22 mars 2011

Cantonales 2011 - les résultats

Le 20 mars, le Parti Libéral Démocrate a passé avec succès son épreuve du feu lors des élections cantonales. Si nous mettons de côté le siège gagné en 2010 par la liste de notre vice-président Philippe Manteau, obtenu avec un score de 20 % sur la côte est des Etats-Unis à  l'élection de l'Assemblée des Français de l'Etranger, ces cantonales étaient la première occasion de présenter une multitude de candidats sur notre sol et sous notre étiquette. Epreuve réussie.

Parmi les candidats présentés et soutenus par le Parti Libéral Démocrate, nous félicitons Farid Chibout qui a obtenu un score de 11 % dans le canton populaire de Créteil Sud sur le thème "Moins d'impôts à Créteil, pour une gestion responsable". Il nous montre que des propositions claires contre la pression fiscale excessive peuvent être populaires dans des quartiers traditionnellement ancrés à gauche. Pour autant, le Parti Libéral Démocrate n'est pas un parti seulement francilien, nous sommes bien implantés partout en France, de Nantes où Laurent Revranche a obtenu un score de 5 % à Strasbourg où Jacky Barthel le garagiste a obtenu 4,5 %. Nous félicitons tous nos candidats qui ont affronté ce scrutin difficile avec ténacité : Emmanuel Sala, à Chaville dans les Hauts-de-Seine, Paulette Vicente à Alès dans le Gard, Frédéric Vallon à Angoulême en Charente, Yann Henry à Troyes dans l'Aube et tous les autres fantassins de la liberté.

Nous remercions sincèrement tous les électeurs qui ont permis ces scores.

La grande leçon de ce scrutin, c'est l'inexistence d'un centre identifiable, une droite en déliquescence qui trébuche en se trompant de débats, une gauche qui gagne par défaut, sans projet autre que de dépenser toujours plus l'argent des contribuables. Le FN, comme l'abstention, symbolise l'attente d'un renouvellement de vision. Au Parti Libéral Démocrate, nous partageons ce jugement des Français : maintenu en coma artificiel par la droite comme par la gauche, le modèle social français étouffe le pays. Si nous ne partageons absolument pas le projet du Front National, au contenu économique et social digne du Front de Gauche, nous jugeons la gauche et  la droite responsables de la déliquescence du pays et du paysage politique. C'est la raison pour laquelle nous ne donnerons aucune consigne de vote à nos électeurs pour le second tour.

Comme vous le constatez, le Parti Libéral Démocrate est en ordre de marche pour promouvoir le discours libéral au cours des prochains scrutins. Il attire les talents et peut obtenir de bons scores. A vous de nous aider à faire encore mieux, en nous faisant confiance en adhérant au mouvement, en nous aidant par vos dons.

Notre avenir dépend de vous, de votre engagement et de votre soutien.
Le Président : Aurélien VERON

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire