mercredi 4 janvier 2012

VOEUX du PRESIDENT  :
Madame, Monsieur,
Au nom du Parti Libéral Démocrate, je vous souhaite une très bonne année 2012 à vous et à vos proches. Comme vous, j’espère voir cesser le recul de nos libertés civiles, sociales et économiques. Nous devons hélas affronter une crise des finances publiques que nous annonçons depuis notre création en 2008, et qui va probablement prendre de l’ampleur dans les prochains mois.
L’Union européenne est fragilisée au point que le risque d’une explosion de l’euro n’est plus exclu. Notre économie souffre de plus en plus et le chômage poursuit sa hausse. Une réforme en profondeur de notre modèle économique et social s’impose de plus en plus clairement si nous voulons éviter une faillite généralisée dont les premières victimes seraient les Français les plus fragiles.
Nous nous trouvons aussi à la veille d’échéances électorales cruciales. Comme vous le savez, aussi regrettable que cela puisse être, la vie politique française est dominée par la présidentielle. Or, nous sommes confrontés une fois de plus à l’absence de candidat réellement libéral à la présidentielle. Ce constat conforte la pertinence du PLD pour porter un message libéral qui a disparu du paysage politique.
Pour autant, notre engagement est celui de l’action politique, pas de l’isolement dans la marginalité.
À la mi-janvier, au terme d’un débat interne important sanctionné par le vote de nos membres, le Parti Libéral Démocrate annoncera sa position pour 2012. Nous partageons tous une certitude au PLD.  
La France souffre du verrouillage de la vie politique par le PS et l’UMP, aux manettes à l’échelon local et/ou national depuis plus de trente ans. Nous leur devons l’absence de renouvellement des idées, un modèle social sclérosé, une économie empêchée de réaliser son plein potentiel, une dette insoutenable, un Etat obèse et omniprésent, un délitement de nos institutions, une corruption des plus hauts échelons de la classe politique (révélée par les affaires Chirac, Takkiedine ou Guérini) et la mise sous surveillance progressive de nos libertés. 
Notre rejet de ce duopole politique, entretenu par un mode de scrutin et de financement de la vie politique sur mesure, est aussi fort que notre rejet des discours populistes d’extrême droite comme d’extrême gauche.
Notre conviction profonde est que la sortie de crise du "modèle français" passe nécessairement par la baisse de la dépense publique, notamment sociale, la modernisation de l’Etat et l’ouverture de nos secteurs protégés à la concurrence. Les administrations devront faire mieux avec moins.
Une vraie politique de l’offre devra se substituer à la politique traditionnelle de la demande, qui s’est montrée inefficace.
Nous devrons enfin restaurer nos libertés confisquées pour passer d’un État-providence en faillite à la société de confiance, seule capable de nous redonner espoir. Ce sont ces idées de liberté et de bon sens que nous continuerons à porter cette année avec la conviction qu'elles sont plus que jamais nécessaires.
Bon courage pour cette année périlleuse, vive la Liberté !
Aurélien Véron
Président du Parti Libéral Démocrate

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire