jeudi 7 mars 2013

Chavez est mort : Un tyran populiste de moins.

  Hommage à Chavez : ¿Por qué no te callas?(*)

Hugo Chavez est mort. L’Amérique Latine est débarrassée d’un tyran populiste qui a fait un usage à très courte vue des 1000 milliards de pétrodollars engrangés par son pays ces quatorze dernières années. Le PLD s’avoue choqué par les réactions françaises, notamment celle de notre Ministre de la Justice. Il rappelle que le régime de Chavez a gravement porté atteinte à la liberté de la presse, brutalement nationalisé les biens d’un grand nombre d’entrepreneurs, et multiplié les arrestations arbitraires d’opposants politiques.
 
Le PLD condamne les propos de Christiane Taubira qui livre publiquement son « cœur brisé » et sa crainte du « retour hardi des injustices et des exclusions ». La Garde des Sceaux devrait préférer les Droits de l’Homme et du Citoyen à l’idéologie socialiste qui les piétine. Elle devrait lire les publications d’Amnesty International ou de l'ONG Human Rights Watch qui observe que le président vénézuélien a « affaibli les institutions démocratiques et les Droits de l'Homme ».
Dans ce concert de louanges à l’égard du dictateur socialiste, le Front National se rapproche un peu plus de la ligne du Front de Gauche lorsqu’il exprime ses condoléances au peuple vénézuélien par la voix de son vice-président. Pour Florian Philippot, l’icône anticapitaliste incarnait une « volonté, un courage ».

Ces hommages placent ceux qui les portent en bonne compagnie. Feu Mouammar Kadhafi, Bachar el Assad ou encore Mahmoud Ahmadinejad, se sont tous vus décerner par Chavez la plus haute distinction officielle du Venezuela, « l’Ordre du Libérateur ».
Le PLD a une pensée pour le peuple vénézuélien qui a subi une explosion de la pauvreté et de l’insécurité au cours de ces dernières années. Il lui souhaite le retour rapide de la liberté et de la prospérité, dans le cadre d’un État de droit.
Au siège du PLD, le 07/03/2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire