jeudi 13 juin 2013

TV publique : Un message de FIN nous est délivré par la Grèce - - -

Le gouvernement grec ferme l'ERT, l'audiovisuel public grec. Une piste à suivre pour le gouvernement Ayrault ? 
Pourquoi ne pas privatiser l'audiovisuel public français ?

Au niveau de la télévision, la fermeture de France Télévision et consort représente 9 chaînes 

(6 chaînes sur France Télévision, France 24, TV5 Monde et Arte), comparativement aux 25 chaînes TNT et plus d'une centaine de chaîne sur le câble, le satellite et les FAI.

Au niveau des radios, il existe une dizaine de radio publique pour 70 stations nationales et plus d'une centaine de radio locale.

La privatisation des 9 chaînes pourrait rapporter 4 milliards d'euros. 

De plus, la suppression de la redevance réinjecterait plus de 3 milliards d'euros dans le circuit économique. Sans compter la vente des stations de radio. 
De plus, une réflexion sur la pertinence de Public Sénat / LCP pourrait nous faire l'économie de 30 millions d'euros.

Bien évidement, des clauses restrictives seraient intégrées au contrat de vente pour que les nouveaux propriétaires assurent certaines prestations relatives au service public.


Rien ne peut plus justifier l'existence de tous ces médias publics en France ! 
Dans le cadre de la réduction des déficits publics, cette privatisation devrait devenir une priorité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire