vendredi 19 juillet 2013

LE GOUVERNEMENT EN PLEINE FOLIE ÉCONOMIQUE - - -

19/07/2013 : Communiqué de presse du Parti Libéral Démocrate

NOUVELLES TAXES SUR LE LOGEMENT : 

LE GOUVERNEMENT EN PLEINE FOLIE ÉCONOMIQUE

                                
Plus d'un tiers des conseils généraux sont incapables de boucler leur budget en respectant les normes d'équilibre en vigueur. Qu'à cela ne tienne : le gouvernement, parant au plus pressé, sans le moindre souci de cohérence économique, décide d'augmenter de 0,7 point (+18%) la part des droits de mutation sur les transactions immobilières dont les Départements sont les bénéficiaires, portant la charge totale à environ 7,7%.
Cette hausse d'impôt ne sauvera pas ces collectivités, auxquelles l'Etat a transféré toutes les conséquences hors de contrôle de ses faillites sociales :(RSA, AAH, APA, etc...) et qui, de surcroît, sont rarement des modèles de bonne gestion. En effet, le renchérissement des transactions en diminuera le nombre. Trop d'impôt tuera l'impôt, une fois de plus.
Pire encore, ces droits de mutation sont un obstacle financier majeur à la mobilité géographique des ménages : lorsque vous devez payer en taxes l'équivalent de deux à trois ans du loyer que rapporterait le bien que vous êtes en train d'acheter, vous évitez de reproduire l'opération trop fréquemment ! Or, les freins à la mobilité sont identifiés depuis longtemps comme un facteur aggravant du chômage. Une personne qui ne peut pas financer un changement de logement va nécessairement réduire son aire de recherche d'emploi !
Le gouvernement bricole, et va ainsi ajouter de nouveaux boulets aux ménages cherchant à se loger. Le PLD lui suggère d'abandonner cette mesure ridicule et contre-productive, et de se lancer dans une réforme autrement plus ambitieuse de restructuration drastique de notre millefeuille territorial, ce qui permettrait très certainement d'économiser les dizaines de milliards d'euros qu'il ne parvient pas à trouver aujourd'hui.

jeudi 11 juillet 2013

LA TRANSPARENCE POUR BAISSER NOS FACTURES EDF

11/07/2013 : Communiqué de presse du Parti Libéral Démocrate


                                 

LA TRANSPARENCE POUR BAISSER 

NOS FACTURES EDF

La hausse de 10% des tarifs EDF (5% au 1er août 2013, 5% en 2014) s'annonce douloureuses pour le portefeuille des Français. Sans même permettre de financer les besoins de notre parc nucléaire, ce renchérissement ne découle que de l’arbitraire politico-administratifLes prix de l'électricité fixés par l’Etat sont absurdes dans un marché qui se prétend concurrentiel.
Pour commencer, notre facture d’électricité pourrait être diminuée d’environ 12% immédiatement : 1% tombe directement dans l’escarcelle du Comité d'Entreprises d’EDF administré par la CGT, soit 8 fois la dotation moyenne des CE de droit commun. Et 11 % de la facture vont à la CSPE, taxe à l’intérêt discutable destinée « à la cogénération et au développement des énergies renouvelables » (mais aussi la solidarité avec les territoires d'outre-mer dits "systèmes électriques insulaires"). L'Allemagne, qui a quelques années d'avance sur nous dans cette direction, fait face à un renchérissement brutal de l'électricité qui plonge plus de 600.000 familles dans la détresse énergétique. Pour une fois, ne pas suivre l'exemple allemand serait sage !
La majorité socialiste-écologiste veut augmenter le coût de l’énergie au travers de taxes pour forcer les Français à changer leurs comportements. Paradoxalement, élections obligent, le pouvoir souhaite limiter la hausse du prix de l’électricité qu’exigeraient les réalités économiques, l'évolution du prix des matières premières et la fin de vie de nos centrales nucléaires vieillissantes (100 à 120 milliards dans les 10 prochaines années): quelle incohérence ! Au final, le prix de l’énergie relève d’un arbitraire préjudiciable aux ménages mais aussi aux entreprises qui ne peuvent anticiper les décisions politiques futures, instables et opaques, autour de l’énergie.
Le PLD souhaite rendre le prix de l’électricité transparent dans un marché concurrentiel offrant une énergie au meilleur prix. Le CE d’EDF doit s’aligner sur l’ensemble des CE. Nous demandons l’abandon de la CSPE, ruineuse et à l’utilité contestable. Nous proposons de libérer totalement le prix de l’électricité sur un marché réellement concurrentiel en soulageant immédiatement, en compensation, la facture des consommateurs de ces 12% injustifiables.

mercredi 3 juillet 2013

LOGEMENT : A TOUTE "ALUR" DANS LE MUR !

03/07/2013 : Communiqué de presse du Parti Libéral Démocrate

LOGEMENT : A TOUTE "ALUR" DANS LE MUR ! - - -

Le projet de loi ALUR de Cécile Duflot prétend renforcer la protection des locataires par des réglementations encore plus pénalisantes pour les propriétaires et les intermédiaires. 
 
Les mesures proposées risquent d’avoir un impact négatif sur les loyers qui sont déjà parmi les plus élevés au monde, en particulier à Paris. Ne doutons pas que les nouveaux dysfonctionnements qui découleront de ces mesures appelleront de nouvelles contraintes dans cette spirale de l’arbitraire bureaucratique. 
Le PLD appelle au contraire à libérer le marché locatif pour parvenir à une vraie fluidité, en respectant équitablement les droits des locataires ET des propriétaires.
 
L’instauration d’une « Garantie Universelle des Loyers » constitue la mesure pivot censée compenser le renforcement des restrictions. Cette nouvelle usine à gaz collectivise le risque complexe des loyers impayés au prix d’une nouvelle taxe sur les loyers. 
Ce projet dirigiste impose aux propriétaires de fermer les yeux sur leurs futurs locataires et de louer à des prix encadrés, tout en se fiant à une nouvelle bureaucratie pour régler les incidents de paiements et les dégradations. 
Qui peut croire que les locataires trouveront des bailleurs plus enclins à louer leur bien avec ces contraintes supplémentaires ?
 
La démobilisation du marché locatif est au cœur de la crise du logement. Le gouvernement croit-il que les propriétaires laissent leurs logements vacants de gaité de cœur ? Avec ce projet, les propriétaires se sentiront encore plus démunis face à la multiplication des incidents locatifs. La défiance des bailleurs touchera indistinctement l’immense majorité des locataires fiables, et la minorité qui abuse des textes sur protecteurs pour ne pas payer leur loyer ou dégrader le bien qu’ils occupent. 
Pour que les locataires honnêtes trouvent facilement un logement convenable, les propriétaires doivent enfin sentir leurs droits protégés en cas d’incidents de paiement ou lors des renouvellements de bail.
 
Le retour à un marché locatif normal exige le rétablissement d’une relation de confiance entre propriétaires et locataires plutôt qu’une dégradation des déséquilibres actuels. 
C’est à ce prix que le logement redeviendra fluide et accessible, sans discriminations ni multitude effrayante de garanties préventives.