dimanche 15 mars 2015

Marisol Touraine seule contre tous ---

Sauvons notre système de santé,
abandonnons la planification

 

Affichage de  en cours...

Le projet de loi Touraine réunit contre lui toutes les organisations de professionnels de la santé. C’est une prouesse qui restera dans les annales de son ministère. 
La raison, c'est que notre système de santé craque de partout. Si la qualité des soins décline encore lentement, l'industrie de la santé est au bout du rouleau. 
Le secteur a beau faire travailler 2,5 millions de personnes et peser 12,5% du PIB, le gouvernement persiste à croire qu'il peut échapper aux règles d'une économie de marché. 
Marisol Touraine veut imposer de manière discrétionnaire aux hôpitaux et cliniques une baisse de la facturation à leurs patients de -1% et -2,5% pour l'année en cours.
Le résultat de cette planification, c'est le découragement des personnels de santé, l'allongement des files d'attente pour se faire soigner et des établissements de santé perturbés. Comment investir dans des équipements de dernière technologie et embaucher dans un cadre aussi arbitraire et instable ? 
Nous devons rapidement libérer les acteurs de ce carcan bureaucratique. Ce retour aux règles de marché passe par la fin du centralisme bureaucratique du monopole de l'assurance maladie.
L'assurance maladie est le bras armé de l'Etat pour collecter et rembourser les soins aux tarifs fixés unilatéralement par le ministère, indépendamment des réalités de marché. Si la santé n'a pas de prix, elle a un coût. Il est actuellement porté par les seuls cotisants qui payent la couverture des inactifs, en particulier des retraités. Malgré cette lourde responsabilité, ils ne peuvent choisir l'assurance santé de leur choix. Contre cette injustice, nous proposons l'ouverture de la couverture santé aux assurances et aux mutuelles. L'émulation qui en découlera sera bien plus adaptée aux besoins des hôpitaux, des cliniques et de la médecine ambulatoire. 
Ces acteurs pourront enfin s'adapter à l'évolution technologique rapide de leur domaine par un environnement plus propice aux investissements.
Sortons de la centralisation des tarifs et des volumes de soin par le ministère. Ouvrons le monopole de l'assurance maladie aux assureurs et mutuelles, le service ouvert aux assurés ne peut qu'y gagner.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire