jeudi 25 juin 2015

Légalisons UberPop, Protégeons les personnes et les biens

UberPop vient compléter une offre de transports individuels encore très insuffisante. 

Du moment que les prestataires individuels sont assurés et déclarent les revenus tirés de cette activité, rien ne justifie leur interdiction. Aux clients de trancher !
                

Les taxis expliquent qu’ils achètent leur licence jusqu’à 200.000 euros aux revendeurs. 
Ils oublient de rappeler qu’ils bénéficient en contrepartie de privilèges importants : stationnement exclusif abondant, accès aux couloirs réservés, maraude. Sachant que toutes les licences ont été émises gratuitement par les pouvoirs publics, et que les bénéfices tirés de la spéculation sur leur cours ne sont pas imposables.

Comme d'habitude, un secteur strictement encadré par l'Etat fournit aux consommateurs un service si mauvais que ceux-ci se ruent sur la première proposition permise par une libre concurrence. 
Au lieu de penser au prochain domaine dans lequel il démontrera une fois de plus son incompétence, l'Etat doit assurer avant tout les tâches basiques que lui sont dévolues par la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, notamment la protection des biens et des personnes.

Le PLD enjoint ainsi fermement le gouvernement à protéger les citoyens contre les violences et exactions commises par les chauffeurs de taxis qui se comportent en voyous. 
Nombre d’artisans taxi ont amélioré la qualité de leur service, certains ont étoffé leur offre en disposant de VTC en plus de leur(s) taxi(s). 
L’avenir est à l’amélioration de l’offre, pas au saccage des concurrents, ni au mépris du client.

Le PLD demande l'abrogation des mesures de la loi Thévenoud qui entravent l’amélioration du service par les VTC et la reconnaissance des services entre particuliers du type UberPop.

(Au siège du PLD, le 25/06/2015)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire