mercredi 20 juillet 2016

Mobilisation générale contre le terrorisme


Nous nous associons à la douleur des familles et des proches des victimes de l’attentat de Nice. Plus que jamais, la France doit être unie dans le combat de longue haleine qui nous attend. Nous nous élevons contre les réactions à chaud qui stigmatisent les Français de confession musulmane ou, plus explicitement, d’origine maghrébine.
C’est exactement ce qu’attendent les stratèges de Daech. Ne nous divisons pas dans cette guerre contre le terrorisme islamiste qui fait de chacun une cible.
Elle exige que nous soyons tous mobilisés contre cette menace permanente.

Le Parti Libéral Démocrate se dresse contre la surenchère liberticide qui a largement prouvé son inutilité. La multitude de lois et les mesures d'exception consacrées par l'état d'urgence n'ont pas permis d'empêcher la tragédie de Nice. Pas plus qu’elles n'empêcheront des terroristes de faire d’outils simples des armes capables de tuer un grand nombre de civils. S’il n'y a pas de solution simple face à la détermination d'individus fanatisés, il existe des mesures efficaces pour réduire le risque d’attentat.

Les différents services en charge de la lutte antiterroriste doivent enfin être coordonnées comme le préconise le rapport Fenech-Pietrasanta. Les organisateurs de manifestations de masse doivent mieux tenir compte du risque terroriste et faire appel à des spécialistes privés de sécurité convenablement formés. Les ressources de sécurité doivent être mieux employées pour ne pas épuiser inutilement policiers, gendarmes et militaires : les 10000 militaires de l’opération Sentinelle rassurent les Français mais ne sont d’aucune utilité. Les policiers hors de leur service et les vigiles privés spécifiquement qualifiés doivent pouvoir porter une arme de service afin d’intervenir en cas de nouvelle attaque. Dans cette perspective, nous sommes prêts à ouvrir le débat d’une garde civile armée sous condition de formation et d’encadrement adéquats.

Les recruteurs doivent être implacablement poursuivis et, quand ils sont étrangers, expulsés. Tout appel à la violence, voire au meurtre, de prédicateurs salafistes doit subir la même voie. Le Parti Libéral demande en outre, et à nouveau, le retour du contrôle des juges dans le cadre de procédures de surveillance d'individus supposés dangereux. Cet équilibre entre police et justice est le seul à même de limiter les risques d'utilisation abusive des moyens d'écoute et d'intrusion dans la vie privée d'honnêtes citoyens.

Dans la lutte contre le terrorisme, le respect des droits de l'homme n'est pas le problème mais le ciment de la république française, qu'il convient de fortifier.
Lire le communiqué sur notre site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire