lundi 21 novembre 2016

Fillon le nouvel espoir libéral de la France ?

Le Parti Libéral Démocrate salue la victoire du plus libéral et du plus audacieux des candidats de la primaire des républicains.

La France qui se reconnait dans les valeurs de la droite et du centre a exprimé une attente claire et forte, celle de la liberté.Liberté économique et liberté sociale. Un Etat fort et recentré sur son domaine strictement régalien. Cette France a largement démenti les calculs des journalistes et des sondeurs qui restent enfermés dans leur vision étatiste de la société. Au lieu de voter «contre» un candidat, les citoyens qui se sont déplacés ont voté «pour» un projet de réformes radicales indispensables.
Cette dynamique démocratique est d’autant plus réjouissante qu’elle contraste avec les participations moroses des français aux dernières échéances électorales.
Son résultat est porteur d’un espoir considérable pour notre pays et les idées libérales, même si le libéralisme de François Fillon reste encore timide. C’est pourquoi nous l’encourageons à proposer demain une réforme fiscale plus ambitieuse, celle de la flat tax, une flexibilité plus ample du marché du travail, l’instauration de la retraite par capitalisation et l’ouverture du RSI à la concurrence. Nous espérons aussi voir dans son programme le recours au référendum systématique sur les finances locales et des conceptions plus modernes sur le plan sociétal. Nous souhaitons enfin le voir prendre davantage de distance avec la présidence russe dont la ligne n’est souvent pas conforme à nos valeurs humanistes et libérales, pas plus qu'aux intérêts de la France et de l’Union européenne.
C’est parce qu’il a assumé une orientation clairement libérale, à rebours des autres candidats, qu’il a reçu le soutien de presqu’un électeur sur deux à la primaire. Ils se sont portés hier sur le candidat qui propose un régime drastique pour faire fondre l’Etat obèse qui entraîne notre pays par le fond. Celui aussi qui a cité Margaret Thatcher comme modèle, elle qui a redressé son pays quand il avait besoin du FMI pour régler le salaire de ses fonctionnaires. François Fillon doit transformer l’essai dimanche prochain, tout d’abord contre Alain Juppé au conservatisme proche de l’immobilisme.
Nous suivrons favorablement la suite de son parcours, vraisemblablement jusqu’à l’élection présidentielle. Nous espérons qu’il ne flanchera pas et saura accentuer l'audace de son projet.
Faites un don

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire